Ravageurs

Contrôle naturel des populations de mulots par les rapaces – précisions

rapaceDes précisions nous ont été demandées, en complément du message précédent (Cliquez ICI), quant à l’utilité et l’installation de perchoirs pour rapaces destinés à favoriser la prédation naturelle des mulots.
En Belgique, ce sont principalement la chouette hulotte (rapace vivant plutôt dans les zones boisées), la chouette effraie et le hibou Moyen-Duc qui se nourrissent de mulots (entre autres). Ces deux derniers rapaces chassent plutôt dans les champs et les prairies. Parmi les rapaces diurnes, c’est le faucon crécerelle qui se nourrit également de mulots, et d’autres petits rongeurs (Communication : Prof. R. Libois, ULg).
Les rapaces diurnes et nocturnes aiment avoir une vue panoramique. Plus ils sont haut perchés, plus leur rayon d’observation est grand. Les piquets  de support (enterrés d’au moins 40 cm dans le sol) devraient s’élever à au moins à 2 m au-dessus du sol et être très stables. Le perchoir proprement dit doit être horizontal, bien fixé et antidérapant (bois brut). Il doit faire 3–5 cm de large (ou de diamètre) et 20 cm de long.
Pour préserver les rapaces cités, des nichoirs peuvent également être installés dans les bâtiments de ferme, à l’écart des habitats. Un poteau (style « électrique ») à environ 10 m du sol avec une caisse en bois bien arrimée (ouverture sur le côté de la caisse) peut faire office de nichoir.
Les belettes et les hermines sont également des prédateurs de mulots, surtout si les campagnols sont relativement rares.